Alors l’information ? Les journalistes parlent du journalisme… et d’eux-mêmes PDF

J’aimerais parler avec vous de mes intérêts et peut-être obtenir des conseils supplémentaires de votre part, mais je n’arrive pas à trouver votre adresse e-mail.


ISBN: 9954630066.

Nom des pages: 199.

Télécharger Alors l’information ? Les journalistes parlent du journalisme… et d’eux-mêmes gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Les journalistes écrivent sur tout et n’importe qui sauf sur eux-mêmes. Les éditoriaux, les chroniques, les enquêtes la presse écrite, audiovisuelle, électronique, sont consacrés à des individus, des sujets de société, des faits et idées politiques, à l’actualité économique, mais rarement sinon jamais au journaliste. Alors l’information ? Les journalistes parlent du journalisme… et d’eux-mêmes, est un livre de « révélations sur la presse »… pour le lecteur. Ces révélations sont connues par les journalistes, mais pas par le lecteur : usage du pseudonyme, relations entre confrères, formation, corruption des journalistes, etc.) que le lecteur ne pose pas au journaliste et que ce dernier n’aborde pas dans ses sujets ! La presse qui se réclame du devoir d’être en désaccord avec qui elle veut, ne permet à personne de l’être avec elle. Ce livre s’appuie essentiellement sur des écrits et témoignages de journalistes. D’une certaine façon, l’auteur ne fait que rapporter ce que les uns disent et écrivent des autres. Ce n’est pas un livre sur la presse marocaine, mais elle y occupe, cependant, une grande place. C’est normal. C’est celle que l’auteur connait le mieux, de l’intérieur. Certains témoignages ont été recueillis par l’auteur, d’autres l’ont été au fil de ses lectures, dans des articles de presse ou des livres. Résultat : il y a peu de paragraphes sans citation dans le texte, avec l’espoir que le fair-play s’imposera à ceux qui sont « mal cités ».

Entretien téléphonique de Human Rights Watch avec un journaliste couvrant l’immigration. Le texte de l’annonce a noté que la CIA continuerait à « accueillir » la coopération volontaire et non rémunérée des journalistes. Les portes sont ouvertes à tout le monde avec Internet, actuellement 39% de la population mondiale, contre 16% il y a seulement huit ans.

Cela conduit à la nécessité tout aussi littérale pour Jon Stewart et Stephen Colbert de rapporter sur les fausses nouvelles du jour parce que la «vue de nulle part» ne permet pas aux professionnels journalistiques de se référer au monde réel dans lequel nous vivons. J’adore que l’on répète à plusieurs reprises dans cet article que les journalistes veulent un lien plus personnel et qu’ils recherchent des personnes qui veulent les aider. Par exemple, les commentaires de Human Rights Watch sur la vie privée et les libertés civiles. Cependant, ce principe ne devrait pas limiter le choix du style d’écriture.