La Violence de l’humanisme: Pourquoi nous faut-il persécuter les animaux ? PDF

Les armes modernes et l’infrastructure politique sont facilement disponibles pour les Franciscains et les Jésuites génocidaires d’aujourd’hui.


ISBN: 2702155359.

Nom des pages: 153.

Télécharger La Violence de l’humanisme: Pourquoi nous faut-il persécuter les animaux ? gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Pourquoi le destin de l’animal empire-t-il au fur et à mesure que la civilisation progresse ? Pourquoi, dans une société aussi développée que la nôtre, aussi assurée de ses capacités, aussi capable de subordonner ses besoins élémentaires à une réflexion morale, la condition qui leur est faite témoigne-t-elle d’une violence et d’un mépris toujours plus grands à leur égard ?

L’humanisme métaphysique, en divinisant l’homme, exige-t-il que celui-ci vive dans le déni de ses origines, et punisse les animaux de lui être trop semblables ?

Dans cet essai lumineux, Patrice Rouget reconstitue le parcours métaphysique qui nous a amenés à nous détourner de l’animal, puis à le ravaler au statut d’objet industriel uniquement destiné à satisfaire nos pulsions hédonistes, avec la caution permanente de l’humanisme métaphysique, idéologie illusoire qui accompagne avec une constance impressionnante l’histoire de la philosophie.

« Patrice Rouget, écrit la philosophe Florence Burgat dans sa préface, fait face à ce monument écrasant qu’est l’humanisme, ne fuit rien, ne propose aucun réconfort factice, poursuivant jusqu’à sa limite une analyse où il apparaît que rien n’en peut être sauvé. »

Dans la Bible, ceux qui sont exécutés collectivement sont présentés comme des victimes innocentes qui sont injustement accusées et persécutées. Les chrétiens qui croyaient que la Bible rejetait généralement Hitler; ceux adoucis par la haute critique allemande de la Bible allaient généralement avec l’église allemande collaborant avec Hitler. Ceux-ci à leur tour sont provoqués par la cupidité, la haine (aversion) et l’illusion (c’est-à-dire l’ignorance de la vraie nature de l’existence).

Hormis l’absurdité patente d’une telle pensée, il faut faire savoir qu’Hitler n’était en fait pas végétarien, mais plutôt qu’il mangeait rarement de la viande car cela lui causait un malaise physique (c’est-à-dire des douleurs à l’estomac et des flatulences). Notre message, comme celui de Mussolini, est celui de la discipline, du service, du refus impitoyable de reconnaître tout droit naturel de compétence. « 53. Les Croisés, par exemple, ont tué un million de personnes dans le monde de 400 millions, pour un taux de génocide supérieur à celui de l’Holocauste nazi. Servir des aliments végétaliens mal préparés est en revanche susceptible d’avoir un effet politique inverse et négatif et des normes très élevées de cuisine gastronomique végétalienne est donc cruciale à cet égard.