Le sauvage et le régulier (art des jardins et paysagisme en France au XXème siècle) PDF

Art africain Dans un autre croisement intéressant à cette époque, les cercles des Fauves et de Pablo Picasso s’intéressaient tous deux à l’art africain.


ISBN: 2281191443.

Nom des pages: 156.

Télécharger Le sauvage et le régulier (art des jardins et paysagisme en France au XXème siècle) gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

L’humanité a toujours essayé de reformer la nature selon l’idée qu’elle se faisait de la perfection, oscillant entre le désir de la maîtriser et celui de la laisser libre.
Ce dualisme se retrouve dans la conception des parcs et jardins. Depuis la Belle époque, où le paysagisme se nourrit de peinture impressionniste tout en étant tenté par un retour au vieux style « à la française », ces tensions contraires se retrouvent dans les conceptions de Jean-Claude-Nicolas Forestier (entre impressionnisme et Art déco), jusqu’à notre époque d’« urbain généralisé », en passant par la confrontation entre le jardin Art déco ou cubiste de Véra, Moreux, Gévrékian ou Lurçat et le paysagisme « bocager » de Le Corbusier dans l’entre-deux-guerres.
De nos jours, le débat se situe entre les défenseurs intransigeants des écosystèmes existants et les partisans de la toute puissance de la technique. Le livre de Jean-Pierre Le Dantec confronte ainsi le « sauvage » et le « régulier », qui ont marqué la création jardiniste et paysagiste française tout au long du XXe siècle. Parmi les ouvrages consacrés à l’histoire de l’art des jardins en France, peu nombreux sont ceux qui traitent du XXe siècle. Comme si, après les merveilles que symbolisent les jardins de Versailles pour le XVIIe siècle, le domaine d’Ermenonville pour le XVIIIe siècle et le parc des Buttes-Chaumont pour le XIXe siècle, la création s’était tarie. Or, s’il est vrai que l’art des jardins et le paysagisme ont connu, au cours des trente années d’après la Seconde Guerre mondiale, une crise sérieuse, la Belle Époque, la période d’entre-deux-guerres et la fin du XXe siècle se sont montrées fécondes.
Premier à embrasser dans sa totalité cette histoire méconnue, ce livre entend rendre justice à un art réputé mineur en le situant dans son contexte social, politique, économique, culturel et international. À l’heure où la vogue des jardins fait en France un retour étonnant, cet ouvrage propose de multiples axes de réflexion : le jardin ne serait-il pas un miroir de notre société ouverte, urbaine, technologique et démocratique ?

Le point culminant de l’hôtel est son spa à deux niveaux, qui se trouve dans une ancienne chapelle et présente les restes de ses fondations du 14ème siècle sous les planchers de verre du hall. 19. Gravetye Manor (Sussex, Angleterre) Construit en 1598, ce majestueux manoir élisabéthain était l’ancienne demeure du pionnier jardinier William Robinson, considéré comme le père du jardin naturel anglais. Le jardin évolué typique de l’époque se caractérisait par une certaine ouverture d’aspect, un développement axial, une tendance au prolongement, une unité de concept entre maison et jardin soulignée par un important élément « construit » de pierre, somptueux travail de statuaire (souvent sous forme des fontaines), et la prolifération de tels accents classiques comme les grottes, les nymphées (bâtiments romains avec une fontaine, les plantes et la sculpture), les urnes et les inscriptions. Les artistes choisissent-ils leurs couleurs ou choisissent-ils les couleurs comme le suggère Matisse?

Chacun était un style pour traiter une colonne avec sa base, arbre et capital. L’homme plus âgé communique la nécessité de traiter la terre avec respect et articule les périls s’il est maltraité. Les six épreuves incluaient le Nid d’Aigle, le Canal entre les Lacs et la Cascade O’Sullivan et les Lacs de Killarney. A cette époque, les Français ont ouvert le jardin dans des proportions énormes par rapport à leur prédécesseur italien.